Jour 1: Un nouveau départ

« Geh deinen Weg neu gestärkt! »  ==> Suis ta route avec une force nouvelle!

Ravensburg, 

Il fait beau. Je peux profiter du soleil à nouveau. Enfin !

Quand 2019 a commencé, j’étais une autre personne. En janvier, j’ai fêté mes 32 ans. A ce moment là, j’étais encore ingénieure, chef d’équipe essais fonctionnels dans le spatial. Et à ce moment là, mon travail prenait une place énorme dans ma vie. Pourtant depuis un mois, je n’ai officiellement plus de boulot et le fait d’avoir démissionné m’a vraiment soulagée. Soulagée, car je sais que cette décision va me permettre non seulement de changer de vie professionnelle, mais aussi de changer radicalement de vie, d’oser être moi-même, de rêver à nouveau, et d’être davantage à l’écoute de mon cœur plutôt qu’à l’écoute des normes sociétales. Et j’ai vraiment hâte.

La prise de conscience d’un malaise

Pendant les 8 dernières années, mon travail dans le spatial m’a permis de réaliser un rêve d’ado, d’apprécier la multiculturalité au quotidien, de développer beaucoup de nouvelles compétences et de rencontrer des tas de gens passionnés. Mais avec le temps, les responsabilités qui augmentent et les directives de l’entreprise, mon travail a fini par ne plus me convenir du tout. Tout comme ma vie, qui s’articulait tout autour.

J’étais une personne avec un « bon boulot », une bonne paye, des tas d’amis géniaux, des hobbies et des super vacances. Je n’ai jamais eu besoin de symboles matériels dans la vie. J’ai toujours aimé les choses simples.

Pourtant j’ai commencé à ressentir une forme de vide. Mon boulot, même si je l’avais moi-même choisi, n’était plus le boulot de mes rêves. En plus, je commençais à penser que l’évolution de celui-ci finirait par m’emmener dans une direction incompatible avec ma personnalité et mes valeurs. En privé, malgré mes blagues et mes bonnes aptitudes sociales, je me sentais seule au milieu des gens. Je n’étais plus à la bonne place. J’étais célibataire, à la fois par choix et par non-choix. En fait, je ne sais plus trop. Je pouvais ressentir en moi beaucoup de stress et de colère. Malgré tout, j’avais la chance d’être quelqu’un de globalement apprécié. Pourtant le vide était là.

Je suis restée avec ce sentiment de vide pendant des mois, à chercher du sens, et le chemin vers l’épanouissement. J’ai réfléchi en mettant en place de petites actions au fur et à mesure. Rien de radical, par peur de quitter mon « confort » établi. Seulement voilà parfois cela ne suffit pas et la vie finit par envoyer un signal clair qu’il est temps de se bouger. Mon signal, je l’ai reçu en février.

La décision de changer radicalement de vie

En février, j’ai commencé à ressentir des signes d’épuisement. Ces signes, je les connaissais d’un souci similaire vécu il y a 3 ans. Donc c’est là que j’ai dit stop. Je n’avais plus envie de cette vie là. J’avais envie d’être épanouie dans ma vie, pas de rentrer chez moi épuisée avec des maux de tête le soir. Je me suis rendue compte que tout ce que j’avais à réaliser dans mon entreprise pour moi-même, ben en fait je l’avais déjà réalisé. La seule raison qui me faisait encore rester alors que mon travail ne me plaisait plus c’était la sécurité, ma paye…l’argent en fait.

C’est nul hein ? C’est ce que je me suis dit aussi. Alors ciao !

Je voulais une nouvelle vie. Et cette nouvelle vie, je savais que je ne pourrais pas l’avoir en restant là. J’avais tout choisi par rapport à mon travail : mon lieu de vie, la manière dont ma vie s’articulerait, tout…Et j’ai pris conscience que je ne voulais plus que mon travail soit le moteur de tout.

J’ai démissionné la semaine d’après (non sans avoir au préalable vérifié que j’avais une marge financière pour m’accorder une vraie pause de réflexion…).

Et juste après, je me suis sentie plus légère, comme libérée d’un poids. J’ai recommencé à rêver à ce que pourrait devenir ma vie, et j’ai retrouvé le sourire. A partir de là, j’ai eu l’impression qu’une porte venait de s’ouvrir.

J’ai rêvé que mon cœur guiderait désormais ma vie et cette perspective m’a fait du bien.

Ma liste de souhaits: dans ma nouvelle vie j’aimerais …

…oser suivre mon cœur, plutôt que ma tête.

J’aimerais pouvoir être avec la personne que j’aime pour ce qu’elle est et qui m’aime pour ce que je suis. C’est basique mais c’est ce que je me souhaite aujourd’hui. Avancer à deux et plus seule. Construire à deux, en acceptant d’être vulnérable et de partager pleinement (être humains en somme) en profitant de la vie.

J’aimerais aussi m’épanouir dans un travail qui me corresponde à nouveau. Où l’Humain n’est pas la dernière roue du carrosse. Où j’avance avec les gens. Où je suis en accord avec mes valeurs au quotidien, dans ma vie privée, dans mes rapports avec les gens, dans mon travail.

J’aimerais ne plus avoir à regarder mes passions de loin et leur faire une vraie place dans mon quotidien.

C’est ce que je veux.

Et j’ai bien conscience que pour cela, je dois effectuer quelques changements dans ma manière de fonctionner. Alors, j’ai pris la décision de m’accorder une année de transition sans boulot. Cette année, j’en ai besoin à la fois pour recharger mes batteries et pour changer de cap. Ce sera « mon année du tout est possible ».

« Mon année du tout est possible » : le début d’un nouveau chemin

L’objectif de cette année ce n’est donc pas juste de trouver une nouvelle orientation professionnelle. L’objectif est de me faire plaisir et de trouver les clés pour atteindre la vie dont je rêve.

Cette année sera une année pour :

  • lâcher prise et accepter la vie comme elle vient,
  • remettre mes passions au centre de ma vie
  • m’autoriser à rêver à nouveau
  • être à l’écoute de mon cœur pour m’ouvrir vraiment à moi-même et aux gens

Ce sera une année pour profiter de la vie et découvrir une nouvelle manière d’être. Et je pense que cela m’amènera tout naturellement vers un nouveau chemin.

Aujourd’hui c’est 1er jour d’une aventure qui en comptera 365 et ce blog m’accompagnera au fil des semaines tel un journal partagé.

En démissionnant, j’ai voulu retrouver ma liberté mais je pense que pour l’atteindre dans ma tête la route sera longue. J’ai seulement ouvert la première porte. Le reste, je le découvrirai en chemin. Une chose est sure, c’est que j’ai hâte.

2 comments

  1. Excellent, Mylène !! Je te félicite pour ton courage, celui de t’écouter, celui d’accepter que quelque chose n’allait pas en depit de tous les signaux « sociétaux » au vert, celui de dire  » stop ! « , celui de prendre les choses en main, celui d’avancer et de changer radicalement de route !!! Mylène, tu n’as pas changé, tu es toujours la super battante que j’ai connue et que j’aime, tu es seulement devenue plus sage, et je t’admire pour cela ! Je te souhaite le meilleur pour cette année toute à toi. Et si le coeur t’en dit, tu es la bienvenue chez nous !! Gros bisous

    1. Olala, quel beau commentaire Béré!J’ai vraiment de la chance d’avoir rencontré tant de personnes qui me comprennent. Et tu en fait partie.
      Merci de tes encouragements et à bientôt. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.